D'ici et la bas

Indonésie… Sumatra

 

Nous voilà à Sumatra, 6ème plus grande île de la planète (équivalente à la France), coupée en 2 par l’équateur. Hé oui nous quittons définitivement l’hémisphère Sud.

Pour la plupart des gens, Sumatra évoque les éruptions volcaniques à répétition, les tremblements de terre, les inondations, les tsunamis, et les désastres écologiques (beaucoup de feux au profit des plantations de palmiers à huile). Pour d’autres, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un écosystème époustouflant où des espèces uniques vivent encore à l’état sauvage. On y trouve ainsi des milliers d’orangs-outans et macaques, et dans une moindre mesure des tigres, ours, cobras, éléphants, rhinocéros bicornes…

Une route, la trans-sumatra, permet de relier le Nord au Sud soit une distance de 2000 km à travers un territoire montagneux couvert de jungle. Et bien entendu, on est loin des routes de France. La plupart du temps, la chaussée disparaît mystérieusement, la circulation se fait alors en alternance et on essaye d’éviter les nids-de-poule monstrueux. Tout cela sans compter qu’il arrive souvent, à la saison des pluies, que des ponts soient emportés et que les coulées de boue bloquent la route…

Aussi, vu le temps nécessaire pour se déplacer d’un point A à un point B, nous ne visiterons que la partie Nord de cette île qui constitue la partie la plus touristique de Sumatra malgré le peu d’étrangers rencontrés… Il faut dire aussi que le Nord de Sumatra sort tout juste de plusieurs décennies de combats qui opposaient les indépendantistes islamistes aux soldats du gouvernement central de Jakarta. Finalement, en 2002, le gouvernement indonésien accorda un statut d’autonomie spéciale à la province de Aceh, lui permettant de garder jusqu’à 70% des revenus du pétrole et du gaz, et aussi à appliquer la charia (loi islamique). Puis, les négociations échouant, la loi martiale fut déclarée en 2003, ouvrant la voie à une opération militaire de grande ampleur contre les séparatistes, la plus importante en Indonésie depuis l’invasion du Timor Oriental en 1975. Le tsunami de 2004 a eu pour conséquence positive d’ouvrir la province verrouillée aux ONG et de relancer les négociations qui aboutiront par un cessez le feu le 15 août 2005. Ceci dit, même si la paix se maintient depuis maintenant près de 10 ans, force est de constater que peu de touristes viennent ici… Le fait que la charia soit officiellement appliquée dans cette région depuis 2009 n’arrange pas non plus les choses. L’amendement le plus controversé concerne l’introduction de la peine capitale pour adultère, et aussi l’interdiction de l’homosexualité…

Il n’empêche que plus de 30% des exportations indonésiennes proviennent de cette province économiquement solide (elle a toujours été au cœur des échanges commerciaux grâce au détroit de Malacca qui relie la Chine à l’Inde). Le pétrole, l’huile de palme, le thé, le tabac et le caoutchouc sont produits en masse…

Notre arrivée à Sumatra se fera en même temps que le début du ramadan, ce qui n’est pas sans poser quelques contraintes dans cette province, réputée comme étant la plus islamiste de toute l’Asie… En particulier pour la nourriture où parfois il sera nécessaire de commander la veille au soir pour le lendemain afin de manger notre « plateau repas » en catimini dans notre chambre… Et ne parlons même pas l’appel quasi-continu des mosquées !!

So let’s go to l’île de Weh, réputée pour ses spots de plongée. Située juste au nord de Banda Aceh, cette île n’a presque pas été touchée par le tsunami. On savoure enfin la nature et le calme retrouvés après des semaines sur Java hyper-polluée et bruyante. Le bonheur ! 2 jours sans rien faire puis on enchaînera les plongées dans l’océan indien au Lumba Lumba diving center. Peu de pélagique mais de belles plongées avec des milliers de poissons et des coraux bien préservés. Bagus !


Et c’est parti pour 3 jours et 5 plongées au top pour seulement 120€… Heureusement la météo s’est vite améliorée!

Puis, nous reprenons le bateau pour rejoindre la ville de Banda Aceh, 210 000 habitants, connue pour être une porte d’accès à la Mecque pour les pèlerins musulmans mais surtout pour avoir été sur l’épicentre du tsunami du 26 décembre 2004. Ce tsunami, avec des vagues faisant jusqu’à 15 mètres de hauteur, est la conséquence du 2ème plus grand tremblement de terre jamais enregistré (9,3 sur l’échelle de Richter). Une douzaine de pays de l’océan indien furent touchés, faisant plus de 300 000 morts au total et des millions de déplacés… Mais c’est bien au nord de Sumatra que les dégâts ont été les plus intenses avec 170 000 morts (dont 61 000 rien qu’à Banda Aceh), 500 000 personnes sans abris et 800 km de littoral dévastés. Grâce aux ONG et aux dons massifs de la communauté internationale (soit au total dans les 3,25 milliards de dollars), il ne reste aujourd’hui que peu de traces physiques de la catastrophe. Là où des quartiers existaient jadis entre le littoral et le cœur de Banda Aceh, on observe des champs à perte de vue. Les rues et avenues ont été refaites à neuf, le port a changé d’endroit aussi. De nombreuses maisons, bâtiments et écoles ont été reconstruites. Et les risques sanitaires sont absents grâce aux efforts sans faille de l’UNICEF, de la Croix-Rouge… Bon après, en cherchant bien, on trouve quand même de quoi satisfaire sa curiosité avec le musée du tsunami flambant neuf, le bateau de pêcheur échoué sur le toit d’une maison bien loin de son canal d’origine, les 4 fosses communes où reposent les corps des victimes (celle de Lambaro renferme 46 000 corps non identifiés).

Evènement notable aux yeux de la population, la grande mosquée Raya Baiturrahman (bâtie par les néerlandais en 1879) qui n’a subie aucun dommage suite au tremblement de terre et au tsunami. Cet édifice a ainsi servi après la catastrophe comme centre d’urgence pour les survivants, pendant que les cadavres étaient disposés sur la place publique devant.

Voici quelques photos prises au musée du tsunami…

Et voilà ci-dessous quelques photos de Banda Aceh en général… Finalement, on s’attendait à voir des gens déprimés, limite avec des grenades en guise de ceinture mais pas du tout ! Nous avons rencontré des gens souriants, reconnaissants aussi pour l’aide internationale apportée, curieux. Et les femmes n’avaient pas l’air plus malheureuses qu’ailleurs, ni plus voilées… C’est un transsexuel qui vivait à Pattaya (Thaïlande) qui m’a coupé les cheveux et il n’avait pas l’air d’avoir subi le fouet pour autant… Et aussi pour la première fois en Indonésie, nous visitons une ville propre, sans égouts ni plastiques partout !! Banda Aceh aura donc été une agréable surprise pour nous…


Nous prenons la route pour la 3ème étape de notre parcours… le village de Takengon en pays Gayo, longtemps isolé du reste du Monde (bien que faisant parti de la province d’Aceh). 8 heures plus tard, nous arrivons à destination. Durant 2 jours nous nous baladerons dans les rues, au bord du lac (26 km de long !), au marché… Les gens se demandent se qu’on fout là, certains enfants pleurent devant notre peau blanche et notre long nez d’occidentaux… D’autres par contre nous suivent et ne nous lâchent pas. Une petite fille me demande si je peux la ramener avec moi dans l’avion… Bref 2 jours hors du temps et de la fraîcheur la nuit (on est à 1 100 mètres d’altitude) ça faisait longtemps…


Ah l’Indonésie et ses spécialités culinaires… On ne risque pas de faire une hypoglycémie entre les sirops et le jus de la canne à sucre!

Les nuits étaient courtes à Takengon entre le chant mélodieux des mosquées et le réveil matinal à 4h du mat pour manger du riz si on ne voulait pas perdre notre petit déj inclus dans le prix de notre chambre…

Allez on repart pour un tour le long d’une route bien pourrie… Par endroit, des coulées de boue bloquent la circulation. On fait un feu au bord de la route en attendant pour se réchauffer. On discute avec des musulmans partis faire un pèlerinage à Aceh de mosquées en mosquées pendant 1 mois à l’occasion du ramadan pendant que les femmes restent tranquillement à la maison à s’occuper des enfants. Parmi eux, un mec un peu bizarre, prof d’arabe à Banda Aceh, qui, fort de ses 2 années de perfectionnement au Pakistan, me propose à plusieurs reprises de me convertir à l’Islam… Pas de souci de ce côté là, je reste hermétique à toute forme de religion même si je suis obligé de dire que je suis catholique afin de ne pas passer pour un fou sans foi ni loi…

Après 3 heures d’attente au bord de route, 1 changement d’opelet (minibus), et environ 13 heures de transport au total, nous arrivons enfin au village de Ketambe, principale porte d’entrée au parc national du gunung Leuser (450 ha), classé Unesco. Pas mal pour même pas 200 bornes non ?! Il est 22h30, juste le temps de réserver un guide perso pour un trek de 2 jours / 1 nuit (85€ à 2 tout inclus) dans la jungle et dodo dans notre bungalow (friendship guesthouse que je recommande) à moins de 4€ la nuit !

Pour info, la grande majorité des touristes, par manque de temps ou pour plus de confort, choisissent de visiter plutôt le centre de réhabilitation des orangs-outans à Bukit Lawang (créé dans les années 70 – à 4h de Medan) mais bon à choisir mieux vaut batailler un peu à les chercher à l’état sauvage dans leur milieu naturel que de se contenter d’aller les voir sur une plate-forme où tous les matins on leur file à manger… non ?!

Malgré une déforestation illégale, le braconnage, et une route qui coupe la jungle en 2, on dénombre encore 5 000 orangs-outans sauvages dans le parc du gunung Leuser. Il paraît qu’il y a aussi quelques léopards, tigres, ours, rhinocéros, et cobras mais (malheureusement ou heureusement ?) on n’a rien vu de tout ça !

Réveil 7h, petit déj expédié, guêtres aux pieds (pour les sangsues) et c’est parti pour 2 jours avec notre guide Alex ! 1er jour avec pas mal de marche, de la chaleur et des moucherons qui nous rentrent dans les oreilles et les yeux. Pas d’orangs-outans en vue mais pas mal de macaques et de bruits bizarres… Et des arbres gigantesques !!

Le soir venu, douche et toilettes dans la rivière, et feu autour de notre camp de fortune. On retrouve d’autres touristes venus comme nous pour 2 ou 4 jours avec leurs guides. Ambiance sympa et détendue jusqu’à ce que la pluie s’en mêle et nous oblige à intégrer nos tentes. Dur dur de dormir à même le sol mais bon… Au petit matin, le soleil est de retour et on se rend compte qu’on a plus d’eau potable… Pas de souci, rien de tel que de l’eau de rivière bien bouillie.

Ci-dessous, un exemple pris sur youtube de la « saman dance », spécifique d’Aceh et dont les guides nous ont fait une démo le soir au coin du feu…

Mention spéciale pour les guides qui ont su nous régaler de bons petits repas (et même des pancakes maison au réveil) en utilisant que peu d’ustensiles à même le sol et des petits feux en guise de plaque de cuisson…

Le 2ème jour, on espère bien voir des orangs-outans et au bout de 2 heures de marche, on fini par en croiser !!!! 4 groupes de 2 (la maman et son petit) et 1 mâle énorme ! Bon il sont un peu haut dans les arbres mais on a réussi 1 ou 2 photos quand même… Pour info, on ne les trouve désormais plus qu’à Sumatra et Bornéo à cause de l’exploitation du bois et de l’agriculture, mais aussi à cause du braconnage et des infections transmises par l’homme (un simple rhume chez l’homme peut tuer un individu). Aussi, ces grands mammifères arboricoles et essentiellement végétariens disparaissent inexorablement avec un faible taux de natalité et une mortalité infantile estimée à 75%.

On rentre crevés mais ravis de notre trek. On paye notre coup aux guides avec qui j’ai pas arrêté de discuter (il paraît que je suis une pipelette lol). En attendant c’était cool d’avoir une bande de potes indonésiens. Et ceux là sont loin d’être aussi bons musulmans que leurs frères du Nord car ils n’hésitent pas à fumer de l’herbe, à boire des bières même pendant le ramadan… Hé oui, j’ai appris à ce moment là que Sumatra est aussi un grand producteur de cannabis malgré la loi qui punit officiellement de peine de mort tout producteur ou consommateur… En même temps, Sumatra, et particulièrement Ketambe, c’est loin de tout alors ;-)


De retour à Ketambe après 2 jours de trek dans la jungle, l’occasion pour nous de marquer le coup avec les guides rencontrés dans notre bivouac… Eux au moins ne font pas le ramadan!

Allez on repart cette fois direction le lac Toba, plus grand lac d’Asie du Sud-Est avec ses 1 700 km2 de superficie et une profondeur maximale de 450 mètres. Toujours des transports éternels… Départ 8h de Ketambe, arrivée 21h au Toba. A noter la dernière heure de route entassés à bord d’un tuk-tuk conduit par une moto sans lumière avec 3 gars dessus… A chaque montée, un des gars devait descendre pour pousser… Et on s’est bien explosé le crâne sur les armatures métalliques à chaque bosse (vu qu’on ne les voyait pas arriver!).

On se trouve une piaule sympa dans une maison type batak pour 6€ la nuit face au lac Toba. Confort rudimentaire mais bon architecture originale, vue sympa et hamac à l’entrée pour lézarder… Aussi pour moi l’occasion de trouver enfin des cartes postales et de les écrire entre 2 banana milkshakes !On retrouve aussi du wifi alléluia.

On louera un scooter pour 1 journée histoire de visiter la presqu’île de Samosir où nous logeons. Aussi grande que Singapour, Samosir a été créée il y a environ 70 000 ans suite à une explosion volcanique phénoménale (équivalente à plusieurs bombes nucléaires). Ici, nous avons quitté la partie musulmane et à la place nous voilà catapultés dans une toute autre culture… la culture Batak.

Longtemps préservés du reste du Monde, les batak ont été « découverts » en 1783 par un voyageur britannique qui s’empressa de parler de ce royaume anthropophage doté d’une culture élaborée et d’un système d’écriture. Ce peuple, originaire du Nord de la Thaïlande et de la Birmanie, s’est ainsi au fil de l’histoire installé autour du lac Toba. Le cannibalisme, perpétré à l’occasion de chaque bataille gagnée (et il y en a eu beaucoup), a ainsi duré jusqu’en 1816. Ils adoptèrent finalement le christianisme introduit par les missionnaires européens. Majoritairement protestants, ils restent animistes. Les rizières et villages accueillants s’organisent autour de sobres églises protestantes et de tombeaux combinant architecture batak et croix chrétiennes.

Etant déjà allés en pays toraja (Sulawesi), nous avons trouvé pas mal de similitudes autant sur le culte ou l’architecture. Mais ici, pas de grosse fiesta pour faire la cérémonie funéraire ni sacrifices de buffles à foison… Bref, quoiqu’il en soit, c’était vraiment intéressant de se balader en scooter sur Samosir… Bon par contre, petite frayeur quand même car en voulant faire les malins, nous nous sommes vite retrouvés sur une piste pourrie, avec notre scooter pourri, et quasiment plus d’essence ! Et puis ouf, après 2 heures sans croiser âme qui vive dans les montagnes, nous retrouvons la vraie route, ainsi que de l’essence et un réparateur de pneu… car il a fallu qu’on crève juste devant la boutique ! On a eu donc assez chaud on s’en est tiré pour 2€ et 10min d’attente…

Enfin, dernière étape du séjour, l’ancien royaume de Deli avec comme ville principale Medan et ses 2 millions d’habitants. 3ème ville du pays, capitale de la province de Sumatra Nord depuis 1886, et point de passage quasi obligé pour quiconque veut se rendre à Sumatra, Medan ne constitue pas pour autant une étape particulièrement intéressante. Une ville indonésienne quoi, sale et bruyante. Bon après les gens sont sympa et souriants comme partout en Indonésie, et il y a de grands centres commerciaux pour les adeptes du shopping… D’ailleurs avec Thierry, on a succombé à la « fièvre acheteuse » car les fringues restent moins cher que dans les prochains pays traversés et on profite de la venue de nos amis dans 1 mois en Malaisie pour leur faire ramener nos soldes à la maison… Ils sont sympa nos amis non ?!

Le dernier jour sera pour nous l’occasion de rencontrer la famille à Lisma à savoir son frère, son père et sa belle-mère. Même si ils respectent le ramadan, ils se sont faits un plaisir à nous préparer de bons petits plats pour le midi avant de nous conduire à l’aéroport, situé à plus d’une heure en voiture de la ville… Bref une belle rencontre histoire de bien finir notre séjour en Indonésie !!

Hé oui, après avoir parcouru l’Indonésie pendant 6 mois (dont 4 mois consécutifs), il est temps pour nous d’explorer d’autres pays et cultures asiatiques. Malgré le temps passé ici, on est loin d’en avoir fait le tour mais bon on va pas se plaindre non plus hein ?! L’Indonésie c’est vraiment un pays génial qu’on vous recommande vivement. Beaucoup ne connaissent que Bali c’est vraiment dommage car ce pays a beaucoup plus à offrir et les gens sont vraiment hyper-souriants, curieux et honnêtes. Et la vie est vraiment pas chère !! Bon après c’est sûr que quelques mots de bahasa indonesia en poche ça aide mais encore une fois profitez-en au plus vite si vous en avez l’occasion !

Prochain article vers le 12 août sur la Thaïlande Sud et ses îles…

Une réflexion au sujet de “Indonésie… Sumatra

  1. Dorothee

    Hello, la lecture a été bonne comme d’habitude. enrichissante et dépaysante. Je récupère des fois des photos pour mettre sur mon ordi.
    Nous partons en vacances le 2 août pour 3 semaines à la montagne. Les gars sont actuellement chez mes parents dans le sud. Je profite donc de ma chienne qui a maintenant 5 mois et qui pèse déjà 24 kilos !!! un beau bébé. A bientôt
    Biz